Un risque est une combinaison entre un aléa (un événement dangereux) et un enjeu. Le risque cavité souterraine exprimé potentiellement par l’effondrement d’un bâtiment ou d’une infrastructure est donc en relation directe avec l’effondrement ou l'affaissement de ladite cavité. En fonction des régions le risque cavité souterraine n’est pas identique et prend des formes différentes (dimensions des vides, profondeur, origine, nature…). En Haute-Normandie et sur certaines zones périphériques, le risque cavité souterraine est un risque très important du fait de l’existence de très nombreux vides naturels (karst) mais également à la présence de plusieurs dizaines de milliers de carrières souterraines (marnières).

Les affaissements

Les affaissements se traduisent sur le terrain par des dépressions souvent en pente douce en forme de cuvette. Ces affaissements peuvent être la cause d'un effondrement profond amorti en surface en raison de la présence de formations plastiques (argiles, limons).
Ce type de phénomène peut causer des désordres importants mais n'est pas dangereux en raison de son évolution lente.

Les effondrements

L’anticipation de l’effondrement des carrières souterraines peut devenir très compliquée quand ces établissements souterrains sont nombreux et non localisés (marnières de Haute-Normandie, catiches du Nord, sapes…). L’effondrement des carrières souterraines en milieu crayeux est en effet un phénomène inéluctable du fait de l’activité géochimique qui ruine progressivement le ciel ou les piliers de ces carrières. Dans ces conditions, afin d’éviter que l’effondrement d’une carrière souterraine n’affecte des biens ou infrastructures il est indispensable d’identifier les vides dans le cadre de recensements (communaux…) permettant d’établir des périmètres de sécurité. Quand la prévention n’est plus possible, le remplissage peut constituer une alternative.

A l'inverse de l'affaissement, l'effondrement est un phénomène dangereux car subit et souvent imprévisible. Sous ce vocable, sont réunis plusieurs phénomènes distincts.

  • Les fontis
    Ils sont généralement la conséquence de la rupture du toit d'une carrière souterraine dont la cloche remonte lentement jusqu'à la surface, provoquant alors la formation brutale d'un trou béant généralement circulaire dont le diamètre et la profondeur sont très variables (pluri-centimétriques à pluri-métriques).

Crédit illustration : Ville de Paris

Développement d'une cloche de fontis au ciel d'une marnière

 

  • Les effondrements sensu stricto
    Dans le cas présent, contrairement au fontis, où la remontée de la cloche se fait lentement, il s'agit d'une rupture totale, brutale et généralisée de l'ensemble des formations de recouvrement de la cavité entrainant alors en surface des désordres considérables.

 

  • Les débourrages
    Les débourrages sont dus à l'entrainement gravitaire des matériaux comblant une cavité, souvent provoqué par les circulations d'eau. Ce phénomène est aussi bien naturelle qu'anthropique (vidange d'une poche de sable dans un contexte karstique, vidange d'un ancien puits de marnière comblé, vidange progressive d'une "racine" d'argile à silex...). Contrairement au fontis, les vides observés en surface sont généralement de tailles beaucoup plus modestes.
  •  La suffosion
    La suffosion est due à une circulation d'eau naturelle ou non (rupture d'une canalisation) dans des sols généralement sableux ou limoneux engendrant un entrainement des fines et en conséquence un développement de vides pouvant provoquer des effondrements en surface de dimension parfois significative.