Nos interventions dans le domaine de l'hydrogéologie

Recherche de nouvelles ressources en eau

Etudes hydrogéologiques générales

  • Synthèses régionales

 

  • Etablissement de cartes piézométriques...

Reconnaissances géophysiques par méthodes électriques et électromagnétiques

  • Recherche de la fracturation en contexte calcaire ou socle
  • Géométrie des formations aquifères, chenalisation en milieu alluvial...
  • Caractérisation de la qualité de la couverture

 

Forages - Reconnaissances géologiques préalables

  • Pose de piézomètres
  • Forage diamètre max. 6'' et prof. 100 m

Maîtrise d'oeuvre dans le cadre de réalisation de forages en gros diamètre

  • Etablissement cahier des charges
  • Analyse des offres
  • Suivi d'exécution des travaux

Etudes d’incidences préalables à la réalisation d’ouvrages ou de campagne de pompage, régularisation...

Etudes techniques préalables à la Déclaration d’Utilité Publique

Etudes de Bassins d'Alimentation de Captages (BAC)

  • Délimitation des BAC
  • Définition des zones de vulnérabilité intrinsèques
  • Caractérisation de l'usage du sol en termes de sources de pollution diffuses ou ponctuelles
  • Caractérisation de la sensibilité

Essais de pompage / diagnostic d'ouvrages AEP

  • Mise en oeuvre opérationnelle
  • Suivi
  • Interprétation

Traçages hydrogéologiques

  • Traçages par fluorimétrie continue
  • Traçages chimiques

Etude des causes de turbidité

  • Compréhension du fonctionnement de l'ouvrage de captage
  • Etude du fonctionnement du karst
  • Caractérisation de la nature de la turbidité
  • Proposition d'aménagements compensatoires

Modélisation hydrogéologique

  • Monocouche, multicouche
  • Permanent, transitoire
  • Hydrodynamique, hydrodispersif

Surveillance de nappe

Suivi qualitatif et quantitatif :

 

  • Incidences de projets sur la ressource
  • Incidence des prélèvements AEP sur les milieux riverains
  • Pose de piézomètre

Notre terrain de prédilection

La nappe de la craie

La nappe de la craie constitue l'aquifère le plus important du bassin parisien. En fonction de la présence de formations peu perméables en couverture (argiles à silex en Haute-Normandie...) où leur absence (Champagne - Ardennes) la nappe de la craie est plus ou moins sensible aux pollutions liées aux activités de surface. À petite échelle les eaux de pluie s'infiltrent doucement, mais localement, des avens naturels (bétoires) permettent un engouffrement rapide dans l'aquifère d'eau très chargée en particules fines arrachées aux terrains agricoles. Certains ouvrages d'alimentation eau potable qui captent la nappe de la craie sont ainsi confrontés à des problèmes récurrents de turbidité.